Patayo

?

Entrer ici le code trouvé dans votre patayo pour accéder à des contenus inédits des auteurs !

No products in the cart.
  • Français
  • English

Patayo Editions propose de curieux volumes qui détonnent dans notre paysage éditorial.

ACTUABD©Laurent Melikian

Patayo Edition n’en fait pas mystère : pour la fondation de son jeune catalogue « Petit Patayo », elle s’est inspiré d’un type de livres peu fréquent en Occident, le Lianhuanhua, littéralement « images enchaînées ». Un nom difficile à prononcer pour ces livres qui logent dans la paume d’une main, mais capital dans l’histoire de la bande dessinée mondiale. Leur principe narratif d’une image par page est vieux comme la gravure chinoise, ce qui nous ramène un bon millénaire avant Töpffer et The Yellow Kid… Cependant le Lianhuanhua apparaît à la fin des années 1920, à Shanghai. Dans cette ville au croisement des cultures, ces fascicules sont produits à la pelle pour un public populaire qui, faute de les acheter, les lit à même le trottoir contre une modique location, 80 ans avant Netflix et Iznéo.(…)

Jusqu’à la fin des années 1980, le lianhuanhua est la première forme de divertissement de plus d’un milliard de personnes. Dans l’histoire de l’humanité aucune autre forme de BD n’a probablement eu un lectorat aussi massif. L’impact est encore visible sur les Chinois de plus de 40 ans qui, au contact d’un de ces petits livres, sont saisis d’une émotion comparable à la madeleine de Proust en murmurant « Xiaorenshu ! » comme on appelait aussi les lianhuanhua, littéralement « petits hommes » en référence aux lecteurs souvent jeunes et au format du livre. (…)

À la lecture de ces œuvres soignées sous jaquette dépliable, il semble que les quatre premiers auteurs de la collection,Rudy Lespinet, Louise Laborie, couKa et Remy Pennarun, ont abordé leur première bande dessinée en reprenant le 9e art à zéro. (…)

Petit par leur taille, mais pas par leur esprit, ces premières productions Patayo, nous incitent à comparer les courants culturels de notre planète aux bambous d’un jardin : que l’on coupe les tiges n’empêche pas les rhizomes de croître en souterrain et de réémerger à l’endroit et à la saison où on ne les attend pas…